Une Volonté de l’Union Européenne

L’origine du démantèlement de Météo-France

et de ses Centres départementaux

 

Le PDG de Météo-France Jean-Pierre Besson tirait la sonnette d’alarme dès 2002 dans la revue Objectif de l’entreprise.Nous verrons que ses craintes sont fondées. Car l’objectif de l’Europe est de créer artificiellement une concurrence entre services météo publics et privés. l’Europe passe en force et aucun hommes politiques français n’a eu le courage de s’opposer fermement pour défendre notre système national. Mais en ont-ils la volonté.

Jean-Pierre Besson avait senti le vent mauvais venir sur Météo-France. L’origine en était des directives européennes. Homme intelligent et passionné par la Météo bien que son corps d’origine soit la Cour des Compte, il avait pris son travail à cœur et estimait beaucoup ses délégués départementaux, qui pour lui étaient le chainon indispensable pour des liens étroits entre la Météo et les autorités locales, Préfets etc…

Vive l’Europe destructrices de nos services publics et de nos emplois. Jean-Pierre Besson avait des craintes elles se sont avérées fondées.La libéralisation des services publics touche Météo-France. L’originalité de notre météorologie française est son implantation départementale. Il faut la faire disparaitre pour une concurrence pleine et entière. Il est certain que nos concurrents n’auraient jamais les moyens d’avoir des implantations locales.

L’arrivée au pouvoir de Nicolas Sarkozy en 2007, et son désir de réformer l’État qu’il trouve pléthorique va sonner la charge contre Météo-France. Sa grande idée, la RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques remplacer un fonctionnaire sur deux, idée géniale de Georges Tron, celui qui est accusé, mais innocent jusqu’à preuve du contraire, de massage pédestre… ). En fait, faire mieux avec moins.  Météo-France est la cible de cette politique. La Cours des Comptes aidée il faut bien le dire par certains cadres de la Maison donne une piste, c’est de copier, le Royaume uni qui a supprimé ses implantations locales. Le Ministre Jean-Louis Borloo et son Directeur de cabinet Michel Carenco assigne au PDG cet objectif, virer les CDM , au moins, la moitié dans un premier temps. Celui-ci fidèle et honnête demande à quitter sa présidence, il ne peut supporter ce qu’on lui demande. Un Préfet est nommé, on connaît l’obéissance de ce corps de l’État; n’y connaissant rien, il est pour lui plus facile de commander la fermeture des implantations locales.

Nous arrivons en 2008, la réforme guillotine est annoncée. La réaction des CDM ne se fait pas attendre. Déclenchement d’une grève nationale de protestation.  La liste est annoncée et Vichy est en tête de liste. On entend dire en coulisse que vu que la météo de Vichy avait été crée sous Pétain, il était normal de la fermer en premier…. Cela ne nous a pas fait rire du tout, seul le Maire de Vichy  en a ri, mais jaune.

On connait la suite, le blocage de la Météopole de Toulouse pendant une dizaine de jours, un accord avec les syndicats qui abandonnent 52 CDM moyennant le sauvetage d’une dizaine  En fait le scénario était écrit d’avance. Le ministre des Transports Dominique Bussereau répondant à une question orale du Député de l’Allier Gérard Charasse ,annonçait que  le gouvernement s’était mis d’accord avec les syndicats et que tout était réglé. Pas de réaction des dit syndicats à cette affirmation.  Une commission de concertation se tenait à Moulins à la Préfecture. Le Préfet de l’Allier, favorable au maintien de son CDM ainsi que l’ensemble des acteurs économiques rendait un avis défavorable à la fermeture.

Une réunion bipartite Direction-Syndicats se tient à Paris, devant les énormes lacunes de la réforme, le nouveau PDG,François Jacq, ingénieur général des mines, nommé le 6 avril 2009, constate que des pans entiers d’actions des CDM ont été négligés.Il met toute son intelligence a accélérer la destruction, et en quelques mois créait des groupes de travail: Observation2012, Prévi2012 etc… pour palier la faiblesse de la déstructuration, cela va se traduire par l’abandon d’actions de Météo-France dans les départements. Un bon moyen de botter en touche. On supprime ce qui ne peut-être fait à distance.

Pour le CDM  de Vichy le ministre Borloo ancien avocat de Bernard Tapie et qui en connait un rayon en matière de fermeture de sites, devait trancher en dernier. Il ne tient aucun compte des avis de la commission départementale, pourtant appuyée par le Préfet sur conseil de B Hortefeu.

Le CDM de l’Allier est donc condamné, il est fermé le 1er septembre 2012.

Le détournement d’une affiche, ci-dessous, sur le développement durable, envisage l’organisation de Météo-France dans l’avenir.

En 2020 il, ne resterait que 7 centres en France métropolitaine. C’est ce que la direction envisage en fait de faire depuis le début.

Fermeture_CDMs

 

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.